Elle est réalisée dans la plupart des cas par des détecteurs ponctuels de chaleur, équipés de thermo- résistance. Ces détecteurs peuvent détecter des phénomènes tels que l’élévation de température ou bien un seuil de température statique.

Réputée la moins précoce de toute, la détection de chaleur présente l’inconvénient de n’être sensible qu’au phénomène ultime du développement d’un incendie :
la chaleur. Il présente par contre l’avantage de pouvoir être installé dans des milieux poussiéreux ou soumis à courant d’air.